Célia Petroni

Titre : Qui sont les nouveaux internautes ? Sommes-libres sur le Net ? Le rendez-vous avec Pouhiou
Intervenants : Pouhiou - Éric Ferrari - Marie-Jo Arrighi Landini - Célia Petroni
Lieu : France 3 Corse . Via Stella
Date : septembre 2018
Durée : 26 min
Visionner l'émission
Licence de la transcription : Verbatim
Illustration : L.L. de Mars, Flypenguin. Licence Art Libre
NB : transcription réalisée par nos soins, fidèle aux propos des intervenant·e·s mais rendant le discours fluide.
Les positions exprimées sont celles des personnes qui interviennent et ne rejoignent pas nécessairement celles de l'April, qui ne sera en aucun cas tenue responsable de leurs propos.

Transcription

Célia Petroni : Bonjour à tous. Soyez les bienvenus au Rendez-vous, votre magazine culture et société où la liberté de ton est de mise.
La liberté, justement, est-elle en péril sur le Net ? Nous en parlerons avec Pouhiou, le représentant du logiciel libre le plus haut en couleur. Il nous parlera de Framasoft, l’association qui veut « dégoogliser » Internet. Les chatons s’organisent pour notre liberté individuelle. Décryptage nécessaire avec Eric Ferrari. Enfin copyleft, liberté d’enrichir et de partager, ce sera la chronique de Marie-Jo Arrighi Landini.
Pouhiou bonsoir et bienvenue. Je en vous prie, vous pouvez me rejoindre.

Pouhiou : Bonsoir. Merci.

Célia Petroni : C’est un véritable plaisir de vous recevoir sur le plateau du Rendez-vous. Alors Pouhiou, Pouhiou c’est un pseudo évidemment.

Pouhiou : Bien sûr.

Célia Petroni : On va essayer de savoir qui se cache derrière ce nom amusant. Je vous ai « googlelisé » forcément. Vous ne m’en voulez pas ?

Pouhiou : Aucun souci.

Célia Petroni : Vous êtes écrivain.

Pouhiou : Oui.

Célia Petroni : Homme de théâtre, conférencier français, vous avez intégré Framasoft1 depuis plus de six ans et vous êtes un néonaute [NoéNaute, NdT]. Expliquez-nous ce que ça veut dire.

Pouhiou : Un NoéNaute. En fait, techniquement, je ne suis même pas un NoéNaute. Les NoéNautes sont les personnages de mes romans et ils voyagent dans la Noétie, la sphère des idées, donc ce sont des télépathes, tout simplement. Les personnages de mes romans m’en veulent d’ailleurs beaucoup parce qu’ils savent qu’ils sont les personnages d’un roman, ils en veulent beaucoup à leur auteur.

Célia Petroni : Vous leur faites des misères ?

Pouhiou : Oui, quand même ! Je les fais un peu souffrir.

Célia Petroni : Dans la vie ce n’est pas du tout le cas.

Pouhiou : Non, tout va bien.

Célia Petroni : Vous essayez d’aider les autres. Quelle est la vocation justement de l’association Framasoft ?

Pouhiou : Framasoft, à l’origine, c’est vraiment une bande de potes qui s’émerveillent devant le logiciel libre. Ce n’est pas le logiciel qui est libre, c’est nous ; c’est vous, c’est moi, ce sont les utilisateurs et les utilisatrices. Ce sont des logiciels qui respectent l’humain et qui veulent que l’humain reste maître de la machine et non pas l’inverse. Donc Framasoft ce sont des personnes qui vont être très enthousiastes par rapport à ça, qui ne sont pas forcément développeurs ou développeuses et qui se disent : comment contribuer ? Eh bien en se faisant le trait d’union entre le monde du logiciel libre, qui est peut-être parfois une sphère un peu technicienne, et les gens comme vous et moi.

Célia Petroni : Comment s’organise l’association ?

Pouhiou : L’association c’est 35 membres, 8 salariés aujourd’hui, dont les fonds proviennent quasi exclusivement, à 97 %, de donations. En fait, c’est une asso où il n’y a pas besoin d’être membre pour venir et contribuer au projet. N’importe qui d’entre nous peut venir et contribuer d’une manière ou d’une autre. Il y a plein de manières : en traduisant, en rédigeant, en parlant tout simplement, en partageant. En fait, n’importe qui peut être contributeur ou contributrice. Bien évidemment on a besoin de donateurs et de donatrices pour continuer nos actions et puis, surtout, n’importe qui peut utiliser les outils que nous proposons en ligne.

Célia Petroni : Ça se décline Framasoft ?

Pouhiou : Oui.

Célia Petroni : Vous avez évidemment des logiciels libres, mais vous avez aussi la possibilité d’accompagner des auteurs comme vous et d’autres catégories.

Pouhiou : Il y a une maison d’édition. En fait, il y a trois grandes catégories :

  • le logiciel libre, le logiciel qu’on installe sur son ordinateur à l’ancienne. Par exemple il y a un annuaire pour trouver : je veux une alternative libre à Photoshop ou à d’autres logiciels comme word ou excel. Il va y avoir ça ;
  • il va y avoir de la culture libre avec un blog, un groupe de traduction, une maison d’édition, comme vous l’avez dit, où sont édités mes romans, entre autres,
  • et enfin il y a toute une partie de services libres. Les services libres ce sont les logiciels que l’on n’installe pas sur son ordinateur, qui sont dans le fameux cloud, qui est en fait l’ordinateur de quelqu’un d’autre.

Célia Petroni : D’accord. L’un des slogans c’est « Dégooglisons Internet ». Pourquoi « dégoogliser » Internet ?

Pouhiou : « Dégooglisons Internet »2 est une campagne qu’on a menée entre 2014 et 2017, mais dont les fruits sont toujours présents aujourd’hui. « Dégoogliser Internet », eh bien Google est un symbole en fait. Aujourd’hui on va parler des GAFAM, Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft ; ce sont les gens du Web. Il y a même d’autres noms : les NATU [Netflix, Airbnb, Tesla et Uber], les BATIX [Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi]. Voilà ! On ne va pas tous les faire.

Célia Petroni : Dignes de vos romans.

Pouhiou : Exactement. Ces géants du Web nous proposent des services extrêmement pratiques, souvent gratuits. En fait, si c’est gratuit, c’est qu’on n’est pas vraiment le client. Souvent on est un peu le bétail de ces géants du Web et ça pose un grand problème de domination ; une domination à la fois technologique, économique et politique et culturelle. Donc nous, on s’est dit qu’il fallait faire quelque chose par rapport à ça d’où « Dégooglisons Internet ».

Célia Petroni : Est-ce que ce n’est pas un peu utopique de « Dégoogliser Internet » ?

Pouhiou : Évidemment que c’est utopique. Nous revendiquons le fait que nous sommes utopiques et, en même temps, c’est utopique, mais c’est de l’utopie réaliste. Évidemment on ne va pas aujourd’hui, du jour au lendemain, détrôner Google ou, soi-même, on ne va pas abandonner tous les produits des gens du Web, mais on peut faire un pas après l’autre. Vous savez, on a un slogan dans l’association, c’est : « La route est longue mais la voie est libre », un pas après l’autre.

Célia Petroni : Et on va y arriver ?

Pouhiou : Exactement. Regardez : une petite association de 8 salariés, de 35 personnes, avec un budget qui est magnifique pour une association, 400 000 euros par an c’est très beau, mais c’est tout petit, aujourd’hui, nous changeons les vies numériques de centaines de milliers de personnes par mois. Chaque mois on aide des centaines de milliers de personnes à se libérer un peu plus. C’est magique !

Célia Petroni : Vous avez parlé tout à l’heure des GAFAM. Pourquoi parle-t-on de triple domination des GAFAM ? Qu’est-ce que c’est ?

Pouhiou : En fait, parce que c’est une réalité qui est étudiée, notamment quand on parle du capitalisme de surveillance tel que décrit par l’universitaire Shoshana Zuboff.
La triple domination c’est à la fois une domination économique. Aujourd’hui ces cinq géants du Web sont les cinq plus grandes capitalisations boursières au monde. Donc il y a une puissance économique et financière qui est phénoménale et qui est une puissance équivalente à celle d’États comme le Luxembourg par exemple. Très importante.
C’est aussi une domination technologique. C’est-à-dire qu’aujourd’hui la technologie est principalement développée par eux. Internet et tout ce qui se passe sur Internet est développé par ces géants du Web. Et s’il y a des innovations qui se font à côté, ils sont en capacité soit de les faire mourir, soit de les acheter pour les développer eux-mêmes ou les faire mourir. Ça c’est la domination technologique.
Et la domination politique et culturelle qui est la moins visible et la plus importante. Tout simplement, vous connaissez peut-être le scandale qui a eu lieu sur Facebook avec L’Origine du monde de Gustave Courbet qui représente un sexe féminin en gros plan. C’est une peinture de notre culture.

Célia Petroni : Une peinture, oui.

Pouhiou : De notre culture classique et qui a été interdite sur Facebook.

Célia Petroni : Censurée.

Pouhiou : Censurée avec un procès où déjà la personne qui avait mis cette image sur Facebook a eu gain de cause, mais il va y avoir encore des rebondissements. Et ça c’est typique ! Facebook est une entreprise qui vient de sa propre culture qu’on appelle une culture WASP [White Anglo-Saxon Protestant], une culture américaine, blanche, hétéro protestante et cette culture-là est aujourd’hui diffusée au travers du monde, mais ça n’est peut-être pas ma culture, votre culture. Notamment quand on parle d’identités plus spécifiques comme des identités, je ne sais pas, LGBT ou une identité régionale comme la Corse, elle n’est pas forcément représentée par ces géants du Web, alors que dans le logiciel libre, il y a la possibilité.

Célia Petroni : D’être ce qu’on a envie d’être.

Pouhiou : D’être ce qu’on a envie d’être et d’être représenté. Typiquement on a une alternative à Doodle, vous savez, l’outil qui permet de décider de la date de la prochaine réunion ou de la prochaine bouffe qu’on fait ensemble. L’alternative s’appelle Framadate. Cette alternative, parce que c’est un logiciel libre et donc contributif, elle est traduite en breton, en occitan ; pas encore en corse et là je fais appel aux Corses qui nous écoutent pour venir contribuer et qu’elle soit traduite en langue corse, disponible en langue corse.

Célia Petroni : Voilà ! Si on a des contributeurs, c’est le moment d’y aller.

Pouhiou : Exactement.

Célia Petroni : Comment on s’organise concrètement par des vraies actions au sein de Framasoft pour lutter, justement, contre cette domination qui fait peur ?

Pouhiou : Tout simplement on s’organise, un pas après l’autre, comme je l’ai dit. C’est hyper important d’être de manière progressive.
C’est simple : qu’est-ce que vous avez envie de faire ? Il faut s’organiser dans le plaisir et dans la joie, parce que c’est un moteur qui fonctionne. Nous on le voit bien au sein de l’association. Donc qu’est-ce que vous avez envie de faire ? Typiquement vous connaissez la langue corse ; je ne la connais, je suis occitan, je ne la connais pas ! Vous avez envie de traduire, eh bien vous venez nous parler. On est présents sur de nombreux médias sociaux, on a évidemment une page contact@framasotf.org ; vous venez nous parler : « J’ai envie de faire ça » et on vous dira : « C’est super, viens, on va aller là, etc. »

Célia Petroni : Et vous accompagnez cet élan.

Pouhiou : Exactement. On accompagne l’élan. On va aussi à la rencontre de nombreuses personnes dans des conférences, des stands, des ateliers, partout où on nous invite.

Célia Petroni : Où qu’on soit dans le monde, c’est possible ?

Pouhiou : Plutôt en francophonie. De toute façon on travaille principalement en francophonie. Mais oui ! Après on croule un peu sous les invitations. On essaie justement de donner l’outil aux gens pour en parler elles et eux-mêmes.

Célia Petroni : Pour être libre faut-il encore tout simplement comprendre où se situent les limites de notre liberté. Le problème sur le Web, c’est que ça n’est pas toujours très clair. Je vous propose d’en parler avec Éric Ferrari, il nous attend côté salon, c’est la rencontre.

Pouhiou : D’accord.

Célia Petroni : Bonsoir Éric. Vous nous attendiez.

Éric Ferrari : Bonsoir. Oui.

Pouhiou : Bonsoir.

Célia Petroni : Messieurs, est-ce que vous vous connaissez ?

Pouhiou : On s’est rencontrés tout à l’heure. On a déjà eu une très belle discussion. J’espère que ça va continuer.

Célia Petroni : Petite piqûre de rappel, on va faire les présentations pour ceux qui, éventuellement, ne vous connaîtraient pas. Éric, vous êtes en charge de l’aménagement numérique à la collectivité de Corse. Vous avez contribué au déploiement de la fibre optique sur L’île et vous êtes surnommé monsieur Internet. Ça pose les bases ! Voilà à qui vous avez faire !
S’organiser contre les GAFAM, c’est ce dont nous parlions tout à l’heure, prôner le logiciel libre, tout ça n’est pas vain à condition qu’une pédagogie s’organise autour de ce logiciel libre et on n’y est pas encore.

Éric Ferrari : On n’y est pas encore mais aujourd’hui l’émission contribue justement à faire de la pédagogie autour du logiciel libre. Je crois qu’il y a un enjeu fondamental de liberté individuelle. D’ailleurs, à chaque fois, on prêche sur ce plateau. Tout à l’heure j’entendais les propos du représentant de Framasoft et je buvais un peu du petit lait, puisque c’est vraiment une vision réaliste et aussi optimiste de ce que l’on peut faire en créant de vraies alternatives sur le Net. Aujourd’hui on est confrontés, et tous les jours en témoignent, des scandales apparaissent, mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. On est confrontés, justement, à des effets de prédation notamment sur les données individuelles et on s’aperçoit que lorsqu’on utilise ces plateformes, on utilise la plateforme gratuitement mais que, finalement, on n’est pas client de cette plateforme ; la plateforme consomme l’information que nous produisons sur cette plateforme et en fait sa propriété.

Célia Petroni : De la marchandise.

Éric Ferrari : Et là il y a vrai problème de société sur lequel, eh bien il faut débattre, autour duquel il faut débattre et effectivement, on aimerait bien que ce débat ait lieu là où on éduque, c’est-à-dire dans les universités, dans les écoles, et qu’on n’essaye pas aussi de recopier des modèles de la Silicon Valley. Lorsqu’on va créer une start-up, qu’on ne dise pas : « Le modèle aujourd’hui c’est la Silicon Valley », parce qu’il existe d’autres modèles, des modèles alternatifs et qu’il faut peut-être réfléchir à ces nouveaux modèles.

Célia Petroni : Est-ce que honnêtement, objectivement, le grand public saurait utiliser des logiciels libres ou sait déjà utiliser des logiciels libres ?

Pouhiou : Il le fait déjà, tous les jours ! Est-ce que vous connaissez VLC3, vous savez le petit cône de chantier pour les vidéos ? C’est du logiciel libre, c’est du logiciel libre français en plus ; donc quand même, cocorico ! La suite LibreOffice4, le navigateur Firefox5 qui aujourd’hui, c’est reconnu par les gens de Google, est plus performant que Google Chrome ; il est plus rapide et plus performant. En fait ils le font déjà.

Célia Petroni : Sans le savoir.

Pouhiou : Sans le savoir, parce que tous les sites web où vous naviguez ou tous les services que vous utilisez sont en général sur des serveurs ; ce sont des ordinateurs. D’accord ? Et ces ordinateurs ne fonctionnent pas sous Windows ou Mac OS pour la plupart, ces serveurs fonctionnent sous Linux donc aussi sous du logiciel libre. Donc en fait, le logiciel libre il y en a déjà partout et en effet, il n’est pas aussi confortable et pratique, de manière générale — ce n’est pas tout le temps cas — que le logiciel propriétaire, parce qu’il n’a pas les mêmes moyens. Mais en même temps, aujourd’hui, on est dans cette espèce de dichotomie entre : veut-on être consommateurs et perdre nos libertés ou veut-on être contributeurs, contributrices et perdre un peu de confort, mais y gagner en liberté et en émancipation, en autonomie ?

Célia Petroni : Logiciel libre ça ne veut pas forcément dire logiciel gratuit.

Éric Ferrari : Non.

Pouhiou : Non.

Célia Petroni : Alors qui paye ?

Éric Ferrari : Le logiciel libre c’est aussi un état d’esprit et ce sont des valeurs qui sont défendues autour, effectivement, de cet esprit de liberté, de transparence et de neutralité. Et autour, aussi, d’une communauté agissante. Donc on n’est pas dans l’individualisme, dans le consumérisme. On est dans une stratégie qui est alternative et qui doit trouver sa place ici en Corse comme ailleurs et aujourd’hui on peut regretter, effectivement, que la communauté du logiciel libre soit peu active dans notre région.

Célia Petroni : Ça repose sur du don ?

Pouhiou : Pas forcément. Ce qui est très important c’est la question que vous avez posée : qui paye ? Elle est magnifique cette question. Framasoft repose sur du don, Wikipédia aussi, que l’on connaît, qui est à la fois du logiciel et de la culture libres, ça repose sur du don.
Maintenant, si vous utilisez par exemple Ubuntu ou, pour les professionnels, Red Hat, ce sont des entreprises qui sont derrière ; ce sont des distributions Linux donc ce sont des systèmes d’exploitation et ce sont des entreprises qui sont derrière, qui ne vendent pas leur logiciel vu que leur logiciel est diffusé de manière gratuite, sans paiement, mais, par contre, elles vendent leur expertise via des formations, via des productions de code spécifique à des besoins demandés, à des commandes, etc.
En fait, c’est juste un autre modèle économique.
Mais qui paye pour notre Gmail ? Qui paye pour YouTube ? Puisque finalement, quand on se fait un compte, ce n’est pas nous qui payons et ce sont les entreprises les plus riches du monde, donc d’où vient l’argent ? Et si nous ne sommes pas leurs clients puisque ce n’est pas nous qui payons, qu’est-ce que nous sommes ? Et aujourd’hui, clairement, nous sommes le bétail. Ils nous prennent des données, pour moi ce ne sont même pas des données personnelles, ce sont des données sociales, parce que la donnée la plus importante c’est la relation que nous avons ensemble ; c’est ça qu’ils vendent à des publicitaires. Donc ils prennent nos données et, derrière, ils nous vendent leur foin de publicité. On est vraiment du bétail !

Célia Petroni : Qui se cache derrière les algorithmes qui vous font tellement peur, Éric ?

Éric Ferrari : Eh bien les appétits qui viennent d’être décrits, c’est-à-dire qu’aujourd’hui il y a une vision de la donnée comme vraiment un patrimoine marchand. La donnée, qu’elle soit de nature sociale, qu’elle soit personnelle, devient propriété dans des contrats qui sont noués par celui qui utilise la plateforme. Maintenant, ces contrats sont un peu éclairés par le RGPD, le Règlement européen pour la protection des données, mais en tout état de cause le contrat reste le même, même aujourd’hui. Donc ces entreprises font commerce de ces données.

Pouhiou : Des traces de nos vies.

Éric Ferrari : Et des traces de nos vies.

Célia Petroni : Justement, une hérésie pour vous : porter une montre connectée.

Éric Ferrari : Oui.

Célia Petroni : Pourquoi ?

Éric Ferrari : Aujourd’hui effectivement, je pense que porter une montre connectée c’est donner des gages à un certain nombre d’entreprises pour vendre vos données et pour dire demain…

Pouhiou : Je me permets. Souvent ces bracelets connectés collectent des données sur notre rythme cardiaque, sur notre température, sur notre rythme de sommeil ; des données biométriques, donc des données de notre corps, et ces traces de nos corps sont ensuite enfermées chez l’entreprise qui les collecte. Nous n’avons même pas accès à ça. Ce n’est pas un peu effrayant ?

Célia Petroni : Qu’est-ce qu’on en fait de ces données ?

Pouhiou : C’est ça ! Et aujourd’hui qu’est-ce qu’on en fait, eh bien on en fait des réductions sur l’assurance maladie.

Éric Ferrari : Exactement.

Pouhiou : Aujourd’hui et on n’est pas en dystopie, je ne parle pas uniquement aux États-Unis, je parle aujourd'hui en Europe, les données de vos comptes Facebook, Google, etc., sont utilisées pour déterminer certains taux de vos polices d’assurance ou certains taux de vos prêts immobiliers. Donc l’accès au logement et l’accès à la santé, par exemple, peuvent être déterminés par vos navigations. Et nous n’avons pas de maîtrise là-dessus.

Éric Ferrari : Y compris un recrutement.

Célia Petroni : C’est pour ça que les chatons s’organisent sur le web.

Pouhiou : Oui, les chatons.

Éric Ferrari : Demain, à travers les données collectées qui seraient vendues à des chasseurs de tête, le chasseur de tête pourra dire « vous êtes un homme quand même stressé, vous avez un rythme cardiaque assez rapide et, en même temps, vous avez le sommeil agité ». Puisque ces montres, je le rappelle, surveillent votre sommeil en détectant les mouvements pendant la nuit. Et ils font des simulations pour savoir si vous avez un bon sommeil ou pas. Donc on n’est pas dans une utopie, on est dans la réalité aujourd’hui.

Célia Petroni : On en parlait tout à l’heure, les chatons, les mignons petits chatons d’Internet. Ce n’est pas du tout de ceux-là dont on va parler, mais plutôt du Collectif. Quel est l’objectif du Collectif CHATONS6.

Pouhiou : Déjà, pour les gens qui nous écoutent, CHATONS c’est le Collectif des Hébergeurs Alternatifs Transparents Ouverts Neutres et Solidaires d’où l’acronyme CHATONS.
L’idée c’est de dire qu’avec Framasoft nous proposons aujourd’hui plus de 32 services libres et en ligne, mais c’est un peu comme si on avait créé la première supérette du Bio du numérique, vous savez, ou numérique éthique, sauf qu’il y a plein de gens qui viennent chez nous et on ne veut pas devenir un hypermarché. Comment faire ? Eh bien créons un réseau d'AMAP pour filer la métaphore.
Les chatons, ce que nous faisons, ça existait déjà. En Bretagne par exemple l’association INFINI [INternet FINIstère] le faisait déjà ; à Marseille Marsnet le faisait déjà. Donc ce que nous faisons ça existait déjà dans le monde du logiciel libre. Regroupons-nous et aidons les personnes qui veulent devenir chaton, qui veulent héberger les données. Et plutôt que de donner nos données, d’offrir notre travail numérique et notre vie numérique aux géants du Web, relocalisons l’hébergement de services en ligne pour avoir des petites structures locales, proches, qui pourront, en plus, nous expliquer ce qu’elles font, avec qui on pourra intervenir ; peut-être qu’on pourra, dans une association, intervenir dans la gouvernance.
C’est ça le principe derrière les chatons, c’est de dire qu'on va créer, comme ça, ce réseau d’hébergement de services éthiques. Il suffit d’aller sur chatons au pluriel point org.

Célia Petroni : On a des chatons en Corse ?

Éric Ferrari : Non. On voudrait bien. En tout cas c’est un sujet qui est à la réflexion. Effectivement, le principe éthique du CHATONS est un sujet quand même qui nous interpelle et qui, aujourd’hui, interroge l’action publique.

Pouhiou : Il faut dire que les CHATONS c’est un manifeste donc des valeurs partagées et une charte, donc des engagements et ce sont des engagements assez durs, assez importants, pour assurer que derrière le service soit éthique pour les gens ; ce sont vraiment les personnes qui sont au cœur du système.

Célia Petroni : Messieurs, si je vous dis copyleft ça vous parle ?

Pouhiou : Oui, évidemment.

Célia Petroni : Forcément. Copyleft ou la liberté de partager et d'enrichir, c’est la chronique de Marie-Jo Arrighi Landini qui arrive sur notre plateau. Bonsoir Marie-Jo, merci de nous rejoindre.

Marie-Jo Arrighi Landini : Bonsoir.

Célia Petroni : Le copyleft c’est le sujet de ce soir, avec des experts..

Marie-Jo Arrighi Landini : Voilà ! Avec des experts donc vous allez me corriger à chaque ligne.

Pouhiou : On va contribuer.

Marie-Jo Arrighi Landini : Contribuons, exactement améliorons.

Célia Petroni : Bravo !

Marie-Jo Arrighi Landini : Copyleft déjà qu’est-ce qui se cache derrière ce terme. C’est vrai qu’il est un petit peu particulier. Mais quand même copyleft, copyright. Right, left peut-être droite, gauche, peut-être droit, peut-être laissé, peut-être abandonné. Il s’agit effectivement d’une question de droit évidemment.
C’est une idée, en fait, qui ne va pas complètement à l’inverse du copyright mais qui est quand même extrêmement différente. Le copyright assure donc toujours une protection d’une œuvre et s’applique normalement à prélever des droits qui, dans un monde idéal, iraient surtout aux auteurs.

Pouhiou : Ouais !

Marie-Jo Arrighi Landini : Bon ! Dans la vraie vie, dans la réalité, les droits payants enrichissent beaucoup, beaucoup les sociétés qui exploitent en fait ces logiciels, ces œuvres en général, qui ont parfois financé leur développement et qui mettent surtout à disposition, en tout cas pour les logiciels, ces logiciels mais avec des abonnements. Donc on sait que, finalement, l’auteur n’est pas forcément le mieux loti dans l’affaire.
Le copyleft7 c’est une conception du partage, vraiment avec logiciel libre. C’est, nous dit-on, une méthode générale pour rendre libre un programme ou toute autre œuvre avec l’accord de son concepteur. Mais ça ne s’arrête pas là. Il y a un corollaire, c’est-à-dire que le copyleft oblige aussi toutes les versions modifiées ou étendues à être aussi libres. Donc c’est quelque chose qui est tout à fait intéressant. L’idée, en fait, vient d’un programmeur américain qui s’appelait, qui s’appelle Richard Stallman, et qui avait voulu récupérer son programme qui était d’ailleurs passé dans le domaine public. Il a dit « Super ! Je récupère mon programme avec les modifications et les améliorations ! » Et la société lui a dit : « Mais non ! Les modifications et les améliorations ne sont pas dans le domaine public. » Donc ça lui a été refusé. Il a trouvé la situation quand même un peu ubuesque et, du coup, il a trouvé que le copyleft avait tout son sens et il a inventé cette manière de faire.
Il ne s’agit donc pas de rendre une source complètement gratuite et ouverte au détriment des concepteurs, mais de partager, avec leur accord, ça c’est vraiment toujours très important, et de faire évoluer tout ça sans contrainte.
On parle de logiciel aujourd’hui puisque, évidemment, c’est votre cheval de bataille.

Pouhiou : Je me permets juste d’ajouter que, on parle de logiciel, ce qui est juste au niveau des États-Unis ce n’est pas exactement le même principe légal en France. Par contre, ça peut s’adapter en France aux œuvres culturelles, par exemple.

Marie-Jo Arrighi Landini : Voilà, c’est ça. C’est vrai que c’est dans tous les domaines, la propriété intellectuelle particulièrement et il y a notamment en art la licence Art Libre8, l, a, l, ou LAL, lol !

Célia Petroni : Bravo Marie-Jo.

Marie-Jo Arrighi Landini : Elle est bien ! C’est une licence qui a été rédigée en 2000 et qui fait suite à des rencontres Copyleft Attitude organisées par des artistes autour de la revue Allotopie, une revue évidemment libre, parfois affichée sur les murs, complètement disponible sur le Web. Et cette licence autorise la copie, la diffusion, la transformation d’une œuvre à condition toujours évidemment de laisser d’abord l’accès à l’original, ça aussi c’est important, et de laisser aussi accès à toutes les modifications.
La question, vous l’avez un petit peu abordée tout à l’heure, mais le problème c’est évidemment les droits d’auteur parce qu’on ne sait pas exactement comment, justement, les auteurs vivent dans cette affaire-là et aussi cette liberté. Est-ce qu’elle n’a pas une petite contrainte ? C’est-à-dire qu’à un moment, quand votre logiciel ou votre œuvre est utilisée par quelqu’un dont, par exemple, les engagements politiques sont complètement à l’opposé de vos convictions ?

Pouhiou : Il y a deux questions là. D’une part la première question.

Marie-Jo Arrighi Landini : Sur les droits. Comment les concepteurs gagnent leur vie avec… ?

Pouhiou : Comment les concepteurs gagnent leur vie ? Dans le logiciel, on en a parlé, il y a des modèles économiques qui ne sont pas liés à la vente du logiciel lui-même, mais le logiciel va être une espèce de produit d’appel pour vendre, notamment, des services et de l’expertise autour. Parce que si c’est nous qui avons produit le logiciel, eh bien on est le plus expert ou la plus experte pour vendre ces services autour et donc c’est là, en général, qu’est le modèle économique.
En ce qui concerne la production culturelle, je peux vous parler en tant qu’auteur, comment vivent les auteurs et les autrices aujourd’hui ? Absolument pas avec le droit d’auteur. En fait, dans la chaîne du livre, le parent pauvre ce sont les personnes qui créent le livre et ça va de même pour la musique, etc.
Et c’est normal. Beaumarchais, quand il a créé le droit d’auteur au moment de la Révolution française, l’a créé, en fait, pour que les auteurs donnent leurs droits à la commercialisation du livre papier, du produit livre. Voilà ! Et il pensait qu’un auteur devrait être aussi, comme lui, éditeur et imprimeur libraire. Bref !

[Grimace de Clélia Petroni]

Pouhiou : C’est clairement comme ça que ça s’est passé. Finalement le droit d’auteur n’a jamais été fait pour faire vivre les auteurs et ça n’est pas le bon principe.

Marie-Jo Arrighi Landini : C’est vrai.

Pouhiou : Finalement, utiliser ses droits d’auteurs pour que l’œuvre vive encore plus vite et encore plus loin ce n’est peut-être pas une si mauvaise idée.

Célia Petroni : « La route est longue mais la voie est libre. »

Pouhiou : Mais la voie est libre.

Célia Petroni : Ce sera le mot de la fin. Merci infiniment d’être venu Pouhiou. Merci Éric évidemment. Merci à vous Marie-Jo et merci à tous de nous avoir suivis en direct ou en replay, c’est à vous de choisir votre écran. C’est où vous voulez, quand vous voulez Le rendez-vous. À très vite. Bonne soirée. Ciao.

------------------------------------------------------------------------------------ - Source: Read on Source Website...

Source Site: April

Link: https://www.april.org

Original-URL: https://www.april.org/qui-sont-les-nouveaux-internautes-sommes-libres-sur-le-net-le-rendez-vous-avec-pouhiou