Q

uelles sont les grandes tendances du Cloud pour les mois et les années à venir ? On peut s’attendre à de nombreux mouvements, si l’on en croit le rythme effréné auquel ce secteur nous a habitué à grandir et évoluer. Pour vous aider à y voir clair, voici quelques-unes des tendances récemment identifiées par ZdNet. Sans oublier toutes les technologies qui n’existent pas encore et ne sont même pas imaginées ! Mais il y a déjà largement de quoi faire. Lisez plutôt.

Tendance du cloud 1 : La conteneurisation

Le principe de conteneurs logiciels a été popularisé par l’éditeur Docker (ex-Dotcloud). Il consiste à pousser un peu plus la granularité de la virtualisation logicielle, au delà de ce que permettent habituellement les solutions du secteur. Au lieu de virtualiser un environnement, Docker virtualise des processus indépendants. La conteneurisation a pour principe d’isoler ces processus ainsi que l’ensemble des ressources (CPU, RAM, disque) qui leur sont allouées.

Dans les faits, la conteneurisation isole les processus, mais également les fichiers et la couche réseau associée. À la différence d’une machine virtuelle qui embarque tout, un conteneur se base donc sur les fonctionnalités et ressources (CPU, RAM…) mises à disposition par son hôte (la machine virtuelle), et ne redéfinit que ce qui lui est nécessaire : filesystem,  librairies particulières…

Cette approche est amenée à se généraliser puisque qu’elle va permettre une notion de « portabilité » des développements dans le Cloud, beaucoup plus simple qu’avec la notion de machines virtuelles. Un développement effectué sur une plateforme quelconque pourra être facilement porté et exécuté dans le Cloud, sans avoir besoin de créer et lancer des instances de machines virtuelles exécutant la plateforme initiale.

La seule chose qui manque encore à ce secteur : la standardisation. Et elle est en cours, ce qui permet à ZdNet de la positionner la conteneurisation comme une des tendances majeures.

Tendance 2 : Les microservices

Conséquence directe de la conteneurisation, on devrait voir se généraliser la notion de microservices, ces petites applications qui se concentrent sur l’exécution d’une tâche simple. Proche de l’approche Objet, les architectures en microservices poussent à diviser les applications monolithiques en autant de processus simples et indépendants.

La somme de ces microservices autonomes, et qui communiquent entre-eux au travers d’API standardisées, permettra de reconstituer l’ensemble des fonctions et traitement offerts par les lourdes applications traditionnelles.

Embarqués dans des conteneurs, ces microservices ouvrent la possibilité d’imaginer une portabilité universelle des applications : sur toutes les plateformes, dans le cloud public, sur des clouds privés, de manière complètement agnostique.

3 : Les clouds hybrides

Là aussi, la tendance est forte : les clouds hybride vont s’imposer comme passerelle obligée entre des applications traditionnelles, comme les ERP, et un ensemble de services destinés à en étendre les possibilités, mais uniquement disponibles sur des clouds publics.

Ce sera le cas par exemple si une entreprise souhaite assurer l’accès à son ERP en situation de mobilité, avec mises à jour et synchronisation constante. Ce sera également le cas dans le cadre d’une entreprise fortement atomisée avec une présence géographique très éclatée : le déploiement d’application et l’accès général des employés au SI sera facilité par une utilisation coordonnée des avantages d’un cloud privé (proche du siège ou du centre de production) et de ceux du cloud public (accessible à tous).

4 – Du PaaS sur CloudFoundry

Les offres de PaaS (Platform as a Service), en particulier celles dédiées au développement, vont se multiplier du fait d’une demande très importante de la part des entreprises. Ces dernières sont à la recherche de solutions PaaS ouvertes et capables de se connecter facilement à leurs applications depuis le cloud. De fait, CloudFoundry semble fédérer tous les atouts pour le déploiement de ces PaaS ouverts (open PaaS), dont celui d’être soutenu par les ténors du marché (IBM, Cisco, HP, Intel, EMC, etc.).

5- Et encore plus de tendances du Cloud… !

ZdNet note également d’autres tendances du cloud  qui vont marquer  les mois à venir, parmi lesquelles la généralisation d’Openstack sur le secteur de l’IaaS, de Devops sur celui du développement IT, d’Hadoop pour l’analytics Big Data. Mais il insiste tout particulièrement sur le Mesh Cloud, un secteur en devenir visant à favoriser les traitements distribués sur des machines connectées au nuage. Mais chut ! Nous y reviendrons une prochaine fois…

 

Pour en savoir encore davantage sur ces 5 tendances du cloud… et les autres, parcourez donc le billet de ZdNet intitulé : « Tendances Cloud d’ici à 2018 : sécurisation, conteneurisation, Analytics et Big data » ((http://www.zdnet.fr/actualites/tendances-cloud-d-ici-a-2018-securisation-conteneurisation-analytics-et-big-data-39825012.htm

Cet article Les 5 tendances du Cloud d’ici à 2018 est apparu en premier sur Hébergement & Infrastructure.

------------------------------------------------------------------------------------ - Source: Read on Source Website...

Source Site: Hébergement & Infrastructure

Link: http://hebergement-et-infrastructure.fr

Original-URL: http://hebergement-et-infrastructure.fr/enjeux/les-5-tendances-du-cloud-dici-a-2018