Il est rare de disposer d’un retour d’expérience qui porte sur l’usage réel de près de 50,000 disques durs. Leurs accès sont protégés, les données qu’ils hébergent sont sécurisées, mais ces disques durs ont pourtant bien des choses à nous dire. Backblaze, fournisseur de services de sauvegarde de données en ligne, a fait le point sur le fonctionnement des 49,056 disques durs de son datacenter. Il a décidé de partager statistiques et enseignements avec nous.

D’accord, le premier contact avec ces données est un peu abrupt, mais leur analyse mérite toute notre attention. Elles font globalement apparaître l’évolution du taux de pannes des différentes gammes de disques utilisées par ce datacenter, classées par constructeurs. Le genre de données qui ne font pas forcément plaisir aux constructeurs… mais qui rappellent quelques fondamentaux.

Taux de panne moyen annuel des disques durs : 4,8%

L’étude montre un taux de panne moyen de 4,8 % par an pour les disques durs dans leur ensemble, toutes marques et toutes catégories confondues. Ce taux est en net recul en 2015, à 3 %, après un pic à 6 % en 2014. Cela signifie que, si les choses semblent s’améliorer, il y a néanmoins de fortes chances pour que 5 disques durs sur 100 au sein d’une architecture de stockage tombent en panne au cours de l’année. C’est beaucoup, et vous devez vous y préparer.

Du mieux chez Seagate

Second enseignement, c’est Seagate qui affiche le taux de panne le plus important. Faisant la course seul en tête au cours des deux dernières années avec un pourcentage alarmant oscillant entre 11 et 12 %, il a semble-t-il mis de l’ordre dans ses unités de production pour présenter désormais un taux de panne dans la norme. Western Digital lui succède en 2015 dans ce hit-parade inversé, avec un taux de presque 8 %.

Autre enseignement, les disques durs de 1,5 To affichent le plus important taux de panne, alors que les disques de 2 To ou plus affichent les taux de panne les plus faibles.

taux-de-panne-disques-durs

L’expérience d’un utilisateur expert

Bien entendu, il ne s’agit pas là d’une étude exhaustive menée par un cabinet indépendant, ni même d’un échantillon représentatif du marché de ce qui se passe globalement sur le marché… ou de votre infrastructure hébergée. Nous sommes face à une expérience utilisateur, particulièrement bien documentée. Backblaze déclare lui-même que pour disposer d’une base calcul parfaitement fiable, il faudrait 270 disques durs de chaque modèle. En l’occurrence, son datacenter ne dispose que de 51 exemplaires du Seagate Barracuda Green 1,5 To, par exemple. De même, tous les disques ne sont pas utilisés dans les mêmes conditions ni dans les mêmes environnements.

Néanmoins, cette approche a le mérite de nous éclairer sur la fiabilité – assez relative somme toute – de ces éléments indispensables et récurrents. Pour en savoir un peu plus, nous vous invitons à parcourir le blog de Backblaze qui présente et analyse cette étude, dans un billet intitulé :

What Can 49,056 Hard Drives Tell Us? Hard Drive Reliability Stats for Q3 2015 .

Cet article Retour d’expérience sur 50000 disques durs est apparu en premier sur Hébergement & Infrastructure.

------------------------------------------------------------------------------------ - Source: Read on Source Website...

Source Site: Hébergement & Infrastructure

Link: http://hebergement-et-infrastructure.fr

Original-URL: http://hebergement-et-infrastructure.fr/experiences/retour-dexperience-sur-50000-disques-durs